Comment chopper un cookie dealer, le guide des malentendus qui peuvent marcher

Chez Emilie’s, notre plus grand plaisir c’est de vous rendre heureux, de vous voir déguster gaiement un cookie ou un bagel qu’on a préparé sous vos yeux.
Malheureusement il se peut que nos signes de politesse soient mal interprétés et vous donnent l’impression qu’on vous laisse une ouverture pour nous chanter la sérénade.

Eh bien non, c’est faux (enfin ça dépend mais pour ça il faut lire l’article en entier), on préférait écouter un album de reprise des chansons de Jean-Jacques Goldman par Matt Pokora en boucle toute la journée.

Mais dans votre relou-attitude pour essayer de nous pécho, on doit vous l’accorder, ce n’est pas l’originalité qui vous manque.

Celui qui a offert un Kinder Suprise avec un poème et son numéro de téléphone à l’intérieur.

Vraiment bravo, nous n’imaginons même pas le courage et la force qu’il t’a fallu pour ne pas le manger et le réemballer. C’est bien dommage que Luce n’ait pas donné suite.
Mais rassurez-vous, elle l’a quand même mangé (le kinder, pas le numéro)

Celui qui écoute toutes discussions et se sert de ça pour nous aborder.

Non, ce n’est pas mignon, c’est tout à fait angoissant, on vous assimile tout de suite à un pervers. Surtout qu’en général, nos conversations ne sont pas glamour, ce n’est pas vraiment notre style. Moi je parlais de mes problèmes de digestion post raclette quand le client en question est venu me dire « alors on a du mal à digérer la raclette Marie ? » ou encore parce qu’on rigole trop et qu’il décide de nous donner des sous parce que selon lui « c’est pour votre copine, elle est vraiment rigolote ».

Les ado ou post adolescentes qui bavent littéralement devant Hugo.

On ne va pas se mentir, être un homme qui travaille dans un univers de meufs, ça a ses avantages. Non seulement on se fait materner par l’équipe, mais on est au courant de l’envers du décor et des coulisses féminins. Les clientes le savent et n’hésitent pas à draguer Hugo ouvertement, ou plus discrètement avec des mots sur la porte des toilettes « Hugo t’es trop beau » et ce n’est pas que pour la rime.

Mais comme le dirait Jean-Claude Dusse :  « Oublie que t’as aucune chance, vas-y fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher ! »

Eh oui, il y a bel et bien des histoires d’amour qui ont vu le jour grâce à la drague au boulot.
Maeva et Stefano : Stefano venait tous les jours, même plusieurs fois dans la journée pour voir les beaux yeux de Maeva. Emma a failli faire une gaffe en disant un peu trop fort « bon il va nous dire qui il veut pécho ? » au moment où il est rentré à nouveau pour déclarer sa flamme à Maeva, aujourd’hui ils ont un bébé (ouais c’est bien Maddie qui est dans l’avant dernier numéro de la Cookie Gazette) et un chien.

On a aussi Claire et Daniele : Claire était en couple, et Daniele en bon italien qui se respecte a bien commencé à la draguer derrière le comptoir. Et vu qu’il fait bien à manger et qu’il est vraiment beau ça a marché, elle a quitté son ex pour lui. Ils ont fait le tour du monde et maintenant ils font du compost et beaucoup de nourriture italienne ensemble. Ma qué bello !

De nôtre côté

Il nous arrive également de succomber à vos charmes, de regarder vos noms sur les cartes bleues et de vous stalker sévèrement sur Facebook… No comment parce qu’il parait que c’est illégal.

On pourrait finir cet article par : si t’es italien, viens chopper chez Emilie’s Cookies, mais bon ça ne marche pas à coup sûr.
Alors sois prudent, pas relou, ne nous offre pas de cookies, continue dans l’originalité, tu finiras par pécho un membre de l’équipe (ou avoir un article sur toi dans le web magazine) !